Bouts de Bois de Dieu

Première partie : présentation de l’oeuvre

 

 

 

 

L’Afrique a connu une longue période de colonisation.C’est dans ce contexte que se situe ce roman, « Les bouts de bois de dieu » de SEMBENE OUSMANE. Ce roman met en scène un groupe de syndicalistes au prise avec l’administration coloniale.L’auteur s’inspire d’un fait réel, la grève des cheminots de Dakar Niger en 1947 à 1948.Il dénonce à travers ce roman, les multiples formes de violence faites aux ouvriers. A l’opposé SEMBENE OUSMANE apprécie le courage et l’abnégation des militants.Ces militants n’hésiteront pas à affronter les forces de répression pour l’aboutissement de leurs légitimes revendications.

 

 

L’AUTEUR ET L’ŒUVRE

 

BIOGRAPHIE

 

SEMBENE OUSMANE est né au Sénégal à Casamance plus précisément à Ziguinchor le 1er janvier 1923.Il fut expulsé à l’école primaire pour indiscipline et n’a jamais reprit les études.Il fut recruté comme travailleur sénégalais en 1942.En 1949 SEMBENE embarque clandestinement pour la France ou il vivra de son métier de docker.C’est en 1956 que SEMBENE publie son premier roman Le Docker Noir.Il suivi une formation en cinématographie au «  Gorki Studio » à Moscou et réalisa son premier long métrage « La Noir de » considéré comme le premier de l’Afrique Noir : SEMBENE OUSMANE s’est éteint le samedi 09 juin 2007 à Ziguinchor à l’age de 84 ans et laisse à sa postérité un héritage immense.

 

BIBLIOGRAPHIE

 

En plus des Bout de bois de Dieu, SEMBENE OUSMANE est l’auteur d’autres œuvres telles que :

-         Le Docker Noir 1956 (roman)

-         « La Noir de » en 1962 (nouvelles)

-         « Véhi-ciosane » suivi du « Mandat » en 1966 (Nouvelles)

-          Xala en 1973 (roman)

-          Le dernier de l’empire en 1981 (roman)

 

 

L’ŒUVRE

 

« Les bouts de bois de Dieu » est une œuvre parue en 1960 éditée dans les maisons d’éditions Presse Pocket.Ce roman est composés de 379 pages divisés en trois parties :

-         1ère partie : Avant la grève (page 13 à 48)

-         2ème partie : la grèves (page 49 à 349)

-         3ème partie : Après la grève (page 354 à 379)

 

RESUME

 

L’auteur relate l’histoire de la grève des cheminots de « Dakar Niger qui du 10 octobre 1947 au 19 mars 1948 immobilisa plus de 1500 Kilomètres de lignes.A Bamako, à Dakar, les cheminots s’organisèrent pour mener à bien leur luttes.Mais, c’est à Thiès que les autorités interviennent dès les premiers jours.Thiès est en effet le centre de la régie des chemins de fer et celui de la direction du mouvement ouvrier.

Malgré les multiples interventions de l’administration et les différents obstacles : mort, famine, violence, les cheminots maintinrent leurs revendications.Après plusieurs négociations, ils obtinrent satisfaction, c’est-à-dire l’amélioration de leur conditions de vie.

 

 

ETUDE THEMATIQUE DES PERSONNAGES

 

LE HEROS

 

Le personnage central Bakayoko s’affirme comme une sorte de héros épique et mythique.Il porte une balafre qui descend sur sa mâchoire inférieure.C’est lui qui donne la nouvelle morale et le sens de la révolution à tous les jeunes grévistes (page 270-271).C’est un militant syndicaliste, délégué des roulant.Il est la terreur du patronat (page 275).

 

LES PERSONNAGES PRINCIPAUX

 

Fa Keita : Doyen des poseurs de rails. Il a soutenu les grévistes dès les premiers jours de grève.Il fut emprisonné pour ce soutien (page 354)

 

Tiemoko : il fait partie des délégués de Bamako.Pendant la grève il a formé un groupe de commandos pour rehausser les déserteurs.Il fut l’auteur du jugement de Diarra.

 

Doudou : il est ajusteur, secrétaire de la fédération des cheminots.Il a été honnête et loyal aux  grévistes (p. 236)

 

Penda : C’est une fille de joie responsable du mouvement des femmes.Elle eut l’idée de la marche pour Dakar et fut tué à l’entrée de la ville (P. 288-313)

 

Ramatoulaye : Elle est la tante de N’daye touti. C’est une brave femme qui eut allé jusqu’à tué le bélier vendredi de son frère El Hadji Mabigué pour nourrir, sa famille.

 

 

PERSONNAGES SECONDAIRES

 

Maimouna l’aveugle : c’est une jeune femme qui a du élever seule ses jumeaux car le père est irresponsable.

 

N’deye Touti : Une élève de l’école normale qui supporte mal la vie dans la concession et dans un quartier qu’elle qualifie de pouilleux.

 

Daouda dit beau gosse : il fait partie des délégués syndicales de Dakar.Il est le copain de N’deye touti.

 

De jean : Directeur régional de la régie, il était persuadé qu’on pourrait briser facilement la grève.

 

Diarra : contrôleur au Dakar – Niger. Il a trahi les grévistes en reprenant le travail.

 

Backirou : Bureaucrate qui fait partie des cadres métropolitains.

 

Adjibidji : Fille adoptive d’Ibrahimna Bakayoko.

 

 

ETUDE THEMATIQUE

 

LES THEMES PRINCIPAUX

 

La révolte : Si le sujet du roman porte généralement sur la grève des cheminots,  le moteur qui anime les actions des grévistes et de leurs familles est certainement la révoltes.En effet les Bouts de bois de Dieu retrace la révolte des cheminots qui utilisent comme moyen  la grève. (p.25)

 

La violence : La grève a eut des conséquences pénibles dans toutes les trois villes (Dakar, Bamako, Thiès) .Mais elle fut plus cruelle à Bamako.La vieille Niakoro meurt des services des forces de l’ordre, et la petite Adjibidji a été gravement blessé. Fa Keita et Konaté sont arrêtés.Il subissent au camp de Bernandini des tortures atroces (page 164) et p 300

 

La famine : La famine s’est installée à Thiès et à Dakar.Mais c’est surtout à Thiès qu’elle fut plus sévère.Alors on a recours à divers moyens pour survivre (214) (82)

 

 

LES THEMES SECONDAIRES

 

 

La solidarité : au sein de la société il y ‘a un renforcement de la solidarité entre grévistes et entre hommes et femmes. (P 288)

 

La trahison : Diarra, homme grandis aimé et respecté, a trahi les grévistes en reprenant le travail. Dénoncé par Hadidia, il est jugé par un tribunal de travailleurs en présence de son fils Sodio, gréviste lui-même. (P 149)

 

Discrimination raciale : les noirs travaillaient dans des conditions pénibles et étaient moins payés que les ouvriers blancs. (P 359-360)

 

L’injustice : Elle était présente un peu partout. Sa présence se matérialise par le meurtre de trois apprentis à Thiès par Isnard qui fut sans suite (P. 250)

 

 

ESPACE ET LE TEMPS

 

ESPACE

 

La scène se déroule dans trois villes

-         Bamako ou la grève a pris naissance

-         A Thiès ou cette grève s’est installée

-         A Dakar ou elle a été dirigée par des leader comme Bakayoko, considéré comme « l’âme de la guerre » qui même absent par moment reste toujours présent dans les esprits.

 

LE TEMPS

 

La grève a pris naissance à Bamako dans la maison des syndicats.En effet, c’est le 9 octobre 1947 dans l’après-midi que les hommes ont voté la grève sous l’influence du discours de Tiemoko.

Le 4 mars, les femmes de Thiès démarrent de la place du 1er septembre pour Dakar.Elles arrivent à Dakar après six(6) jours de marche environs ou elles assisteront au grand meeting le 9 mars à l’hippodrome.

Elles vont,  retourner à Thiès le 10 mars.

Neuf jours plus tard, c’était la fin de la grève le 19 mars 1948.

 

STYLE DE L’AUTEUR

 

 

Les bouts de bois de Dieu est sans doute le meilleur roman de Sembene Ousmane remarquable conteur avec un humour rarement égalé.L’auteur utilise deux niveau de langues.Le registre familier dans lequel le vocabulaire est argotique et le niveau courant dans lequel le vocabulaire est usuel.Dans le niveau courant la syntaxe est grammaticalement correcte.L’auteur utilise aussi des mots Bambaras et Wolof dont la tonalité est faite de gravité.

 

 

 

Deuxième partie : la révolte

 

 

                                                                                     LA GREVE


                                               CAUSES DE LA GREVE

La grève avait pour origine de nombreuses revendications comme :
- L’augmentation des salaires : les ouvriers Noirs voulaient la même grille salariale que les employers blancs.Page 24
- Allocations familiales : les employeurs refusaient de leur donner ces sommes qui étaient le fruit de leur cotisation car estimant qu’ils avaient beaucoup d’enfants du fait de leur polygamie.Page 280
- La retraite :
- Le droit d’avoir leur propre syndicat : c’est la cause principale qui a entraîné la grève.Il avaient créer leur syndicat pour défendre leur intérêt parce que leurs employeurs les surexploitaient.
- Il y avait aussi le rappel des salaires et le recrutement de 4000 auxiliaires.

                                    
L’ORGANISATION DE LA GREVE.

La grève était structurée en syndicats au nombre de 3 qui se trouvaient dans les principales ailles.Des permanences sont mises en place pour gérer la grève.La distribution de rations alimentaires permet d’éviter une aggravation de la famine.De diverses actions de solidarité venant des centrales syndicales d’autres pays renforcent les capacités morales et matérielles des grévistes et les incitent à poursuivrent la lutte.Page 119

                            
LES DIFFERENTS PARTICIPANTS A LA GREVE.


                                                      LES HOMMES

- Bakayoko : Il était le meneur de la grève.Il soutenait moralement et appuyait financièrement les grévistes grâce aux dons de C.G.T française. Page 289
- Tiemoko : militant de la première heure à Bamako, il incitait les habitants à poursuivre la lutte et était l’instigateur du procès de Diarra.
- Lahbib : par sa maîtrise de soi, la crédibilité qu’il inspirait et par ses propos réfléchis, il sera d’un appui incontestable à Bakayoko.page 290.


 

                                                       LES FEMMES.

- Dieynaba : Engagée des la première heure, c’est chez elle que seront soignés les blessés de la grève.page 56
- Maïmouna : Aveugle elle encourageait les femmes par ses complaintes notamment lors de la marches des femmes de Thiès à Dakar.page 310.
- Penda : fille de mauvaise vie, elle était comparable à Bakayoko.Elle était aussi chargée de superviser la répartition de la nourriture entre les femmes de Thiès.page 222
- Mame Sofi : elle était la stratège des femmes de Dakar car elle trouvait des ruses pour résister face aux Européens.page 179 – 180.


                                                         LES ENFANTS

- Adjibidji : Elle représentait une partie de la motivation de la grève.Dans les mesures où Bakayoko voyait en elle l’avenir qu’il faut défendre à tout prix afin de préserver ses droits et ceux des autres enfants.page 21.
- Magatte et sa bande : Ils contribuaient aussi à la survie des familles car ils rapportaient de la nourriture volée aux blancs et aux boutiquiers.page 247



                                                  
LES CONSEQUENCES

  

 

                                                                  LES CONSEQUENCES NEGATIVES

Cette grève par sa durée a entraîner de nombreuses répercutions.La famine a ainsi fait son apparition.Les grévistes n’avaient plus accès aux vivres puisque les dirigeants de la Régie avaient interdits aux commerçants de les leur fournir (page 336,217).Notons ainsi que les habitants n’avaient plus d’eau à boire (page 84, 336).En plus de cela, la grève a occasionnée des morts à l’instar de Penda, Samba N’Doulougou qui sont tombés sous les balles des policiers à l’entrée de Dakar.(Page 313)


                                            LES CONSEQUENCES POSITIVES.

La lutte des cheminots a apportée de profonds bouleversements.Tout d’abord, les ouvriers ont eu gain de cause suite à leurs revendications.page 364.
Ensuite au niveau des femmes, il eut la revalorisation de leurs conditions et un renforcement de la solidarité entre elles.page…


 

                                                         LES SOLUTIONS

Les solutions qui mirent fin à la grève sont :
- La marche des femmes tout au long des 80 Km qui séparent Thiès de Dakar.Par cette marches, elles réussiront à porter la grève en haut lieu.page 296.
- Le franc-parler de Bakayoko et sont talent d’orateur aidé de Lahbib réussiront à unir les participants de la grève et à faire revenir les Européens sur leurs décisions.page 364.

 

La victoire des grévistes dans les Bout de bois de Dieu montre un changement au niveau de la condition du nègre et de son état d’homme colonisé.En effet le roman appartient incontestablement au courant général du réveil des africains au lendemain de la 2ème guerre mondiale.Il présente surtout un véritable mouvement nationaliste panafricain s’entendant surtout, sur plusieurs fronts dont les groupes moteurs sont : les parties politiques. Les formations des jeunes et de femmes.Les bouts de bois de Dieu développent donc le thème de la révolte et de la société.A notre avis à travers la victoire des cheminots sur l’administration coloniale Sembene Ousmane annonce l’avènement d’une nouvelle Afrique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×